Le Bien et le Mal, une fois fusionnés, allons nous devenir insensibles ou bien nous autoriserons-nous à faire n’importe quoi ?

Voici un article, inspiré d’un commentaire de Judith Daniel, formatrice confirmée du système Peat.

«Lorsque nous nous exprimons à partir de ce monde de matière dans lequel nous vivons, nous parlons de ce qui est bien et de ce qui est Mal. Avons-nous besoin de cette polarité pour nous empêcher d’aller vers le  « mal » ou pour nous motiver à aller vers le  « bien » ?

Un monde s’ouvre à nous lorsque nous réconcilions nos polarités primaires et nous comprenons que tout ce qui nous entoure ne représente que des concepts illusoires.

 

Lorsque j’ai neutralisé mes codes primaires, le bien et le mal n’existait plus. A ce moment là, ce fut pour moi un grand moment de vérité, même si je n’arrive pas toujours à faire en sorte que cette perception soit présente de façon permanente. Pourtant,  tout ce que je perçois en terme de polarités est irréel et à chaque fois que j’appréhende ma vie de cette manière, je me sépare de l’acceptation profonde de qui je suis.

 

Maintenant, si nous reconnaissons que ni le bien, ni le mal existe en tant que tel, allons-nous perdre cette censure intérieure et ne plus nous inquiéter des comportements que nous adoptons ? Je ne le pense pas. Lorsque la polarité n’existe plus, comme dans cet exemple, le bien et le mal, nous accédons à la paix et la vacuité, et dans cette expérience il n’y a pas de tension, de mal être, de peur ou de manque et donc, par conséquent, pas de besoin de faire du mal à quelqu’un non plus. A chaque moment de notre vie, nos comportements et attitudes sont la résultante d’un choix, qu’il soit conscient ou inconscient, et dégagé de cette dualité, notre intention sera d’amener la paix autour de nous et en nous. Nous pourrons par exemple abandonner une attitude obsessionnelle d’aider les autres et les laisser libres et responsables de leur choix. Il se peut que d’autres jugeront notre comportement égoïste ou dur, mais quoiqu’il en soit, nous reconnaitrons notre comportement comme le nôtre dans l’instant et en prendrons pleine responsabilité à ce moment là. Aussi, notre intention profonde ne sera pas de faire du mal à l’autre mais bien de l’aider comme il nous semble juste dans l’instant et de la façon que nous considérons la meilleure à ce moment là.

 

Chaque jour, nous jugeons en choisissant ce que nous mangeons et pour qui nous votons. Si notre intention est intègre, alors nous faisons de notre mieux. Il me semble que les plus grands sages ont dit quelque chose comme ceci :  l

es gens font ce qu’il pense être le mieux, mais nous ne savons pas, la plupart du temps, ce qui est le meilleur pour les autres et encore moins pour nous-mêmes.

 

Alors lorsque je m’énerve et me laisse emporter, je perds ma vision que le bien et le mal sont illusoires et je m’embarque dans une vision de jugement et de critique. Le bien et le mal peuvent me sembler si réels à ce moment là. Je crois voir juste, être dans le vrai au sens absolu du terme et je suis certaine que l’autre a complètement tord.

 

Ainsi, dégagée de la notion de Bien et Mal par la fusion de cette polarité, je suis amenée à prendre un certain recul par rapport à ces concepts illusoires et je regarde la vie de manière panoramique, pour tout simplement faire de mon mieux avec générosité et compréhension.

l'équilibre entre le Bien et le Mal